La petite histoire de la marqueterie de paille

 

La marqueterie de paille, plus que des connaissances techniques, réclame un grande dextérité et surtout de la patience. Son caractère chronophage compromet gravement sa rentabilité, ce qui explique qu’elle se soit particulièrement développée au 17ème siècle auprès de deux populations, ô combien opposées : les religieuses et les bagnards. On peut s’étonner de la popularité de cette technique auprès des bagnards et des prisonniers de guerre. Mais souvenez-vous : à l’époque, une grande partie de la population vit de l’artisanat. Bagnards, prisonniers… Tous sont d’anciens artisans, ébénistes, menuisiers ou autres.

 

Après un vif interêt, elle est tombée dans l'oubli pour être remise au goût du jour fin 19ème et années 20 grâce à l'antiquaire André Groult et les décorateurs Jean Michel Frank et Jean Royère.

Lison de Causnes, petite fille d'A. Groult, perpétue cet art .Elle est nommée Maître d'art en 1998, elle est une des seule spécialiste de la marqueterie de paille en France  

 

La technique ...

 

Les détails parfois minuscules  de chaque objet, demande beaucoup de temps, tant dans la découpe des fétus, que dans leur assemblage et collage.

 

La technique consiste à aplatir le fétu et de le coller sur le support de la même manière que du placage en bois. La brillance naturelle de la paille est ainsi mise en valeur. La paille étant un matériaux imputrescible, aucun traitement n'est appliqué.


objets en marqueterie de paille